Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La vie ne suspend pas son cycle et comme tu le disais, mon fils, dans le récit que tu nous a laissé comme testament avant de nous quitter ; il y aura toujours les valeureux combattants du jour contre la nuit pour nous apporter la lumière, cette lumière nécessaire à l’équilibre de notre monde et cela fera partie de notre quotidien nous les humains, tant que cette planète existera.

Dernièrement, avec maman nous recherchions par l’intermédiaire de la télévision, un échappatoire, faire diversion pour quelques instants aux pensées qui traversent nos esprits et pour cela nous avons fait le choix de regarder un film avec comme acteur principal Clint Eastwood, nous nous attendions à un film du genre « l’inspecteur Harry » dont je suis friand.

Mais non, bien mal nous en a pris, c’est tout le contraire, un des films les plus noir que cet acteur ai interprété, ce film qui retrace le combat d’un homme pour éviter qu’un innocent ne soit condamné à mort.

En tant que tel, ce film est remarquable, jusqu’au moment où cet innocent se retrouve dans une sinistre pièce allongé et attaché, avec à ses bras ce que je perçois comme des perfusions, sur un des côté de la pièce, une grande partie vitrée et de l’autre côté de celle-ci une femme, sa femme, en pleur debout plaquée contre cette surface froide, le visage déformé par l’acharnement à vouloir passer de l’autre côté, agitant ses deux mains pour dire adieu à celui qu’elle aime tant.

Dans quelques instant elle assistera impuissante, en présence d’inconnus, à son exécution….

J’aurais voulu à cet instant saisir la télécommande et changer de chaîne, nous éviter ces images insoutenables, mais je n’ai pu faire le moindre geste, j’étais comme tétanisé, comme si quelqu’un m’obligeais à ouvrir grand les yeux, me forçant ainsi à voir ce que je ne voulais voir.

Au bout d’un moment mon regard se brouilla, non par l’intensité de la lumière, mais par les larmes qui s’écoulaient et au fur à mesure ce n’était plus l’acteur que je voyais ainsi allongé mais toi mon fils, je ne sais si mon cerveau me jouai un tour, ou bien si j’ai transposé ces images à celles qui étaient tiennes lors de ta fin de vie.

Je n’avais nul besoin de cela, mon fils, car combien de fois dans mon sommeil je revis tes derniers instants, mais nous n’étions pas avec ta mère dans le même contexte, nous ne savions pas que tu nous quittais, nous n’avons pu te dire « au revoir »

Heureusement, nous avons rencontré l'association Infinitude et cela nous aide beaucoup maman et moi à avancer, à vivre désormais dans cette jungle que je croyais connaître et dans laquelle désormais nous devons avec ta mère et ta sœur nous frayer un chemin.

Cette association qui nous permet de dialoguer avec des parents, " des Frères et Soeur du manque d'un être cher "  qui comme nous doivent faire face à l’absence d’un enfant , le fait de partager notre souffrance, de lire dans le regard de l’autre ; je vous comprends, je sais ce que vous vivez, car je le vis aussi…

Ces rencontres nous permettent de nous stimuler, de nous encourager à avancer pour ceux qui sont encore là qui ont besoin de nous et qui nous aime. Mais une fois ces moments privilégiés terminés, on se retrouve seul avec notre malheur sur ce chemin cabossé qu’est la vie courante, ce que je nomme désormais notre monde.

Souvent il m’arrive de chercher une route, une piste pour ne pas m’isoler , me fermer à toute cette agitation stérile que je perçois et qui me navre.

Mais je dois penser au futur ce que certains appellent l’avenir et que je n’ose imaginer car quelles sont ces choses « à venir » que me réserve encore cette existence ?

Nous sommes considérés comme des marginaux qui défendent une cause perdue d’avance, sans intérêt, j’ai la sensation d’être devenu quelqu’un d’autre d’être en marge de cette société, de ce monde et souvent je me pose cette question : qui suis-je ? ou plutôt que suis-je devenu ?

J’ai l’impression qu’un autre moi a pris ma place, de ne plus avoir la même identité, est-ce le fait d’être si proche de toi par mes pensées ?

Mes yeux ne vois plus ce monde avec les couleurs chaudes de la vie, mais uniquement les sombres nuances d’un paysage inconnu, vierge de toute illusion et de sensation. Es-ce toi, mon fils, qui m’envois ces images ?

Combien de fois lorsque je prie, je demande à comprendre la signification de ces phrases de l’église « Dieu est amour », « Dieu a fait l’homme à son image » « Dieu ne veut que le bonheur de l’homme et pour cela il a sacrifié son fils sur la croix » car je n’arrive pas à faire le lien entre ces paroles et la réalité de tous les jours.

Qui sommes-nous réellement ?

Que sommes-nous venus faire sur cette terre ? 

Si Dieu est amour et si Dieu ne veut que le bonheur de l’homme, pourquoi tous ses drames ?

Depuis que le monde existe, il n’y a que morts, des catastrophes se déroulent tous les jours sous nos yeux et nous sommes passifs, impuissants, la fatalité à pris le dessus sur l’action…

Il arrive même que l’homme se délecte de guerre, de ces actes répugnants qui font des millions de morts dont très souvent des femmes et des enfants sont les innocentes victimes de cette barbarie.

Cette barbarie humaine que tu décrits ainsi dans ton récit :

«  Ce sont des brutes des sanguinaires ! D’ailleurs, ce sont les humains qui sont les plus nombreux à participer à la chasse aux Mythes. La preuve que cette espèce est corrompue : ils se battent pour posséder le monopole de la célébrité. La plupart de ces marauds égorgeraient un enfant pour faire fortune. Quels enfoirés ! Les Immortels, eux, ne sont pas intéressés par l’argent et la gloire mais par la paix et la vérité. Il n’existe pas de chasseur de Mythe Immortel.
La preuve est faite, les Immortels sont la race la plus pure de ce monde. »

Mais qui sont ces Immortels que tu évoques ? J’aurais tant aimé que tu développes ta pensée sur ce passage.

Pour cela je m’adresse à toi, mon fils, de là-haut aide moi à cheminer, donne moi la signification de tout cela, car je n’ai, pour ma part, trouvé aucune explication.

Je reste donc sur ces mots de toi, une vision d’un autre monde, un monde juste et bon dans lequel, je l’espère de tout mon être, tu chemines à présent, dans l’attente de te rejoindre.

 JE T'AIME MON FILS 
Philippe COSTES, papa de Jérôme ( 1988-2004 )

Partager cette page

Repost 0
Published by

Pr�Ntation

  • : La voix des usagers de la santé
  • : La voix des usagers de la santé
  • Contact

Association Jennyfer


http://www.association-jennyfer.fr

Des bénévoles aux services des Enfants atteints de cancer,  pour leur apporter du réconfort mais aussi pour défendre leurs droits.

Rien n’est plus beau qu’un sourire d’Enfant. Ensemble pour tous les Enfants vulnérables.

 

 

Pour Noelanie

http://www.violencescolaire.fr/ en mémoire de Noelanie petite victime d'un laxisme incompréhensible

Un combat pour Paul

A consulter le site: http://www.pourtoimoncoeur.fr
Le combat admirable de la maman de Paul

Le site du CNVP84

Le Collectif National des Victimes de la Psychiatrie: un combat de parents, de proches pour que leurs êtres chers soient humainement considèrés.

http://www.cnvp84.fr

Contact

Adresse messagerie: santeusagers@gmail.com